La sexualité, ça s'apprend. P BRENOT, N PAREIN

 

La sexualité, ça s’apprend !

L’un des grands enseignements des études récentes sur la sexualité, c’est la découverte de l’apprentissage sexuel. En effet contrairement à l’idée spontanée quant à la nature de la sexualité –c’est une pulsion, c’est un instinct… c’est comme manger, boire, dormir… ça coule de source, c’est « naturel » -, les travaux scientifiques les plus récents montrent de manière très claire qu’ « il n’y a pas d’instinct sexuel ». Il n’y a aucun gène ou hormone qui piloterait le coït comme comportement de reproduction de l’espèce. En effet, et depuis les mammifères supérieurs, surtout les primates, le comportement sexuel s’est libéré de sa programmation naturelle : chez l’homme –comme chez les primates – il est fondamentalement appris. Les conditions de « la première fois » sont alors déterminantes pour la sexualité future, celle de toute la vie. Et la plupart des difficultés sexuelles que nous sommes amenés à suivre, sont en définitive, des difficultés de l’apprentissage de la sexualité.

Insatisfaction sexuelle

L’insatisfaction sexuelle est aujourd’hui l’une des causes fréquentes de séparation. L’image sociale de la sexualité a en effet profondément changé depuis les dernières décennies et il est difficile de vivre un couple, surtout jeune, sans sexualité ou du moins sans une sexualité mutuellement vécue comme « satisfaisante ».

Après une relation de 3 ans avec Sylvie dont il était très amoureux, Benoît consulte, car cette ex-compagne lui a fait part, avant la rupture de son insatisfaction sexuelle. Benoît vient de rencontrer une nouvelle femme, il est à nouveau amoureux mais veut comprendre la nature de ses difficultés pour ne pas revivre la même situation.

Lors du premier entretien, Benoît parle d’une éducation plutôt libre et ouverte sur le plan de l’intimité, dans une famille qui l’a toujours entouré. Mais la sexualité ne l’a jamais beaucoup intéressé. Il a toujours eu peur de ne pas être assez bien pour les femmes qu’il rencontrait. Il s’est alors essentiellement centré – et d’une certaine façon « replié » - sur ses études et sa carrière. De fait, la relation avec Sylvie – dans laquelle il fondait beaucoup d’espoir – a été sa seule longue histoire affective et sexuelle. Sylvie lui reprochait surtout de ne rien exprimer, ni préférences, ni émotions. Dès le début, Benoît précise qu’il n’a pas d’orgasme lors des rapports alors qu’il y arrive facilement lorsqu’il se masturbe, ce qu’il fait rarement.

Expérience et maturité érotique

Plusieurs questions viennent rapidement à l’esprit du thérapeute : la question de l’expérience et de la maturité érotique. Benoît parle en effet de très peu d’expériences sexuelles – très peu de partenaires – avant sa rencontre avec Sylvie. Si la sexualité est apprise, l’expérience est alors fondamentale. On peut remarquer, dans les grandes enquêtes sur la sexualité, que le facteur essentiel qui a changé dans les 50 dernières années est le nombre de partenaires ; Aujourd’hui, et à Paris – ce n’est pas la même chose dans l’ensemble de la France-, un homme ou une femme de 30 ans a eu, la plupart du temps de 15 à 30 partenaires depuis le début de sa vie sexuelle. Et l’expérience se transmet par la pratique, mais aussi par le langage. Benoît précise que son amie se plaignait de son manque d’expression, c’est-à-dire son manque d’échanges dans l’intimité de la sexualité.

Le travail psychothérapique qui lui a été profitable a été un travail sur son histoire, lui permettant de comprendre la nature de ses rapports avec les femmes, de comprendre ses fantasmes, de les exprimer, et de parvenir à mettre à distance les « idées parasites » qui lui viennent au cours des rapports. Il a par ailleurs eu envie de connaître davantage ce que l’on pourrait appeler «  l’univers sexuel » en s’ouvrant à quelques lectures érotiques, et en envisageant de les partager avec sa compagne.

C’est en vivant cette nouvelle relation, en éprouvant un plaisir partagé, en souhaitant revivre ce plaisir, qu’il peut lentement développer sa propre sexualité.

 

Référence 1. Wunsch S. Comprendre les origines de la sexualité humaine. L’esprit du temps. 2014

 

P. BRENOT, N. PAREIN ; Centre sexologique Prony, Paris. Blog Liberté-Egalité-Sexualité. www.sexologie.lemonde.fr. Tiré de sexologie pratique