Infection : rubéole

Rubéole et grossesse

 

Grâce à la politique vaccinale, 90% des femmes en âge de procréer sont immunisées contre la rubéole. Si bien qu’en 2007, 5 cas seulement d’infections maternelles ont été recensées par l’Institut national de veille sanitaire et aucun cas de rubéole congénitale malformative n’a été relevé en 2006 et 2007.


Le risque de cette infection est effectivement celui de malformations lorsqu’elle survient avant 18 semaines d’aménorrhée qui intéressent l’œil, l’oreille interne, le cœur et aussi le cerveau. La fréquence de contamination fœtale est de 60 à 90% avant 12 semaines pour diminuer ensuite.


Les recommandations de la HAS (Haute Autorité de la Santé) sont les suivantes :


Vaccination des enfants des deux sexes entre 12 et 24 mois en association avec les vaccins contre la rougeole et les oreillons. En l’absence d’anticorps décelés lors d’un contrôle après une vaccination, il est licite de revacciner. Il n’y a pas lieu d’aller au-delà de deux vaccinations, la femme est considérée comme protégée quelque soit le titre d’anticops.


Une sérologie (recherche d’anticorps sur prélèvement sanguin) de la rubéole chez toutes les femmes qui ont un projet de grossesse et une vaccination ou une revaccination en l’absence d’anticorps décelés assortie d’une contraception durant 3 mois.


Une sérologie en début de grossesse. Si elle est négative, un seul autre prélèvement vers la 20è semaine est suffisant. Ensuite la survenue d’une rubéole n’expose plus à un risque malformatif.