Grossesses gémellaires

LES JUMEAUX

 

La fréquence des grossesses gémellaires est classiquement de 1/88.

Toutefois elle a tendance à augmenter en raison des traitements de la stérilité et de l’élévation de l’âge maternel.

On distingue chez les jumeaux les vrais (monozygotes, 35%) des faux (dizygotes, 65%). Les premiers sont issus du même œuf, les autres de deux œufs différents. Les faux jumeaux ont toujours deux placentas tandis que 65% des vrais jumeaux ont un seul placenta. Si bien que la présence de deux placentas n’est pas un signe formel de « faux jumeaux ». Dans 10% des cas il s’agira de « vrais jumeaux ».

Quels sont les risques particuliers ?

- L’accouchement prématuré qui survient dans 50% des cas et dans 15% des cas avant 32 semaines d’aménorrhée. 

- Le retard de croissance retrouvé dans 50% des cas à comparer aux 10% des cas de grossesses mono foetales. 

- L’hypertension artérielle maternelle potentiellement grave. 

- Le syndrome transfuseur transfusé spécifique des grossesses mono choriales (un seul placenta) survenant chez 10 à 15% d’entre elles. Il consiste en un déséquilibre circulatoire dû à des anastomoses vasculaires au niveau du placenta et peut évoluer vers le décès de l’un des deux jumeaux, voire des deux.

Quels sont les conseils de surveillance ?

- Tout d’abord le repos avec arrêt de travail systématique à partir de 20 semaines d’aménorrhée. 

- Examen clinique mensuel Echographie mensuelle des grossesses bi choriales, bimensuelles des grossesses mono choriales pour dépister précocement un syndrome transfuseur transfusé.

- Une prise en charge psychosociale est importante et sera assurée au mieux avec une surveillance conjointe par une sage-femme. 

Quel mode d’accouchement ?

Le terme est fonction de son type. On conseille habituellement vers 36 semaines d’aménorrhée pour les mono choriales et vers 38 semaines pour les bi choriales

Concernant la voie d’accouchement, il n’y a pas lieu d’en recommander une plutôt qu’une autre suite au texte de consensus établi par le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français.

Voici donc quelques informations concernant une situation source de grand bonheur pour les parents mais justifiant d’un encadrement renforcé.